«Révolution»: des candidats déstabilisés

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest
Pocket
WhatsApp


Les émotions des danseurs ont été mises à rude épreuve, ce dimanche, avec l’annonce de la nouvelle étape, appelée l’ultime sélection. Un tiers d’entre eux a été remercié à la suite de cette épreuve. 

«Il y a eu un ascenseur émotionnel quand Sarah-Jeanne a annoncé la nouvelle, a raconté Samuel Maurin Bonte, directeur au contenu de l’émission. Ils étaient tous déconcertés et déboussolés. Il y a ensuite eu une réaction d’enthousiasme dans la salle des danseurs pour ceux qui ont été choisis comme incontournables, et les autres se sont vite remis au travail.»

C’est notamment le cas de Mikaël St-Hilaire, qui n’avait pas vu venir ce nouvel obstacle sur sa route vers la finale. 

«J’étais vraiment surpris parce que je pensais avoir un peu plus de temps pour me remettre de ma blessure au dos, a indiqué le danseur de 21 ans. Mais la semaine suivante, il a fallu que je commence à créer un nouveau numéro au complet. C’est toujours beaucoup de travail.»

Les maîtres lui ont notamment demandé d’aller plus loin dans sa recherche de mouvements, de danser davantage. 

«J’ai compris que mes concepts prenaient parfois un peu trop de place dans mes chorégraphies, mais cette fois-ci, j’ai dansé à 100 %. Je ne pouvais pas faire plus de mouvements que ça. Mais j’ai quand même gardé une idée directrice avec la rose. Durant le face à face, Laurent m’avait donné une fleur rouge, j’ai décidé de la réutiliser dans ce numéro.»

Un plan établi

Mikaël St-Hilaire, qui a déjà participé à l’émission avec la troupe Five Alive à la saison 2, avait établi un plan avant sa participation à «Révolution».

«J’avais prévu tout ce que j’allais faire dans l’émission jusqu’à la finale. Cette nouvelle étape surprise m’a un peu déstabilisé, mais ça n’a pas remis en question tout le plan que j’avais établi. Il a simplement fallu que j’insère une idée de plus.»

Après sa prestation, les maîtres ont souligné son travail de recherche et sa créativité en ébullition. 

«Ça me prouve encore une fois que j’ai ma place et que je peux aller loin dans la compétition. Mais plus on avance et plus il y a de bons danseurs. Je sais qu’il va falloir que je me démarque pour aller le plus loin possible.»

La volonté de Mikaël est de montrer son talent afin de développer sa carrière de danseur. 

«L’émission m’apporte beaucoup de visibilité. Il y a plusieurs chorégraphes qui m’ont contacté pour que je participe à des projets, c’est vraiment encourageant pour la suite. C’est ce que je suis venu chercher et ça fonctionne plutôt bien.»

Clique, 14 à 20 ans, Saint-Basile-le-Grand

Les six filles de Clique étaient contentes de performer une fois de plus sur la scène de «Révolution». 

Les maîtres souhaitaient les voir sortir de leurs mouvements de compétition pour aller davantage dans l’émotion. Ils ont été servis. 

«La veille du tournage, ma grand-mère est décédée, a raconté Zanna. Ç’a été un gros choc pour moi, et pour les filles du groupe. Ça a créé un climat plus lourd pour notre performance, mais en même temps plus vrai, plus ressenti. C’était vraiment une situation étrange. On était toutes dans un grand état de vulnérabilité. C’était très déstabilisant, mais vu qu’on raconte le deuil du début jusqu’à l’acceptation dans le numéro, ça nous a aidés à passer à travers.» 

Le numéro a impressionné les maîtres et le public. 

«C’est comme une récompense pour l’énorme travail que l’on a mis sur cette étape, a confirmé Anaïs. Avoir été retenue nous montre qu’on a été à la hauteur.» Elles ont même l’impression d’avoir mûri à travers toute cette épreuve. «On a l’impression que cette étape a débarré une nouvelle porte, a affirmé Zanna. On a plein de nouveaux outils qu’on va pouvoir expérimenter pour la suite.»

Sunny Boisvert, 25 ans, Saint-Lin–Laurentides

Ne pas être choisi comme incontournable a laissé un goût amer à Sunny Boisvert. «Même si j’ai gagné, j’ai eu l’impression d’avoir perdu mon face à face, parce que mes compétiteurs, The Renegades, sont passés directement à la prochaine étape. J’étais déçu de moi, pas du résultat. J’ai compris le choix des maîtres. Pour être honnête, j’ai moins aimé ma performance du face-à-face. J’ai trop réfléchi, j’étais trop dans ma tête.» Pour l’ultime sélection, Sunny est revenu à ce qu’il sait faire de mieux, du krump pur et dur. 

«On est toujours prêt à relever des défis, même si la révolution n’est jamais facile à trouver, surtout en solo. J’ai eu la chance de parler avec Laurent des Twins, il m’a conseillé de rester fidèle à moi-même et de juste choisir un moment fort de mon numéro qui pourrait bien ressortir. C’est ce que je fais et ça fonctionne bien.»

TNV, de 16 à 20 ans, Montréal et environs

Après s’être fait éliminer à l’épreuve révolution, la saison dernière, la troupe TNV espérait pouvoir passer cette étape sans encombre cette année. «On a surtout été déstabilisés par cette ultime sélection parce qu’on avait vraiment calculé notre compétition, a expliqué Loïc. On savait à l’avance ce qu’on voulait faire pour les différentes rondes jusqu’à la finale. On était tellement préparés qu’on avait tous prévu des vacances dans le sud avec nos familles.» 

L’ajout d’une chorégraphie les a obligés à travailler encore plus fort et plus vite. 

«On avait un mois pour cette étape, mais on a mis au point notre numéro en seulement deux semaines», a ajouté Jianna. Leur mission était de travailler leur musicalité et de se forcer à faire quelque chose qui dépasse leur niveau. 

«On a pu faire un exercice avec Laurent qui nous a beaucoup aidés, a expliqué Jianna. Il fallait écouter une chanson en identifiant les rythmes, les paroles… Le vrai défi était de montrer les nuances dans notre musicalité, sans oublier la technique.» 

Ils ont livré la marchandise et la troupe a confié avoir grandi à travers cet exercice. «On a compris que rester dans sa zone de confort n’est pas vraiment payant, a détaillé Loïc. Il faut toujours montrer de nouveaux aspects dans notre travail.»

Les candidats incontournables:

BAD, 15 à 21 ans, Québec
Antonina et Denys, 32 et 37 ans, New York
Jessie et Jason, 33 et 30 ans, Laval et New York
Joanne et Anton, 49 et 42 ans, Toronto
Marie-Josée et Jason, 28 et 20 ans, Montréal et Saint-Sauveur
Sébastien Leroux, 17 ans, Orléans (ON)
The Renegades, 18 à 24 ans, Toronto

Les candidats sauvés:

Angélyk Delisle-Hevey, 18 ans, Montréal
Clique, 14 à 20 ans, Saint-Basile-le-Grand
Éklectik, de 16 à 22 ans, Québec
Ann-Florence et Ophélie Begin, 14 et 16 ans, Québec
Mikaël St-Hilaire, 21 ans, Bécancour
Sunny Boisvert, 25 ans, Saint-Lin–Laurentides
TNV, de 16 à 20 ans, Montréal et environs

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest
Pocket
WhatsApp

Never miss any important news. Subscribe to our newsletter.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *